Le porte-harmonica, l'accessoire de l'homme-orchestre

C'est d'abord un accessoire pour guitaristes voulant jouer de l'harmonica mais l'inverse est tout aussi vrai: le porte-harmonica est ce support transformant à peu de frais en homme-orchestre les musiciens prolifiques sur deux voire plusieurs instruments.


Un accessoire apparu vers 1870 aux Etats-Unis - La guitare et l'harmonica forment depuis toujours le "couple infernal" du blues et de la country. Mais comment jouer des deux instruments en même temps si l'on est manque de partenaire? La solution a été trouvée avec l'arrivée vers 1870 aux Etats-Unis du porte-harmonica ("rack" en anglais), un accessoire se mettant en collier autour du cou et qui a libéré les mains des guitaristes qui furent les premiers à l'adopter. Depuis, ce support parfois gênant n'a cessé d'évoluer jusqu'à devenir, on le lira plus bas, extrêmement sophistiqué grâce notamment aux fabricants d'harmonicas.



Une question de coordination - Aux débuts, l'harmonica était joué sur un rack avec une guitare acoustique. L'instrument --généralement un diatonique à dix trous-- était immobilisé avec son octave basse à gauche, un peu comme le clavier d'un piano. Plus récemment, de petits bricoleurs de génie ont réussi à amplifier cet accessoire de sorte qu'il est aujourd'hui possible de l'utiliser avec une guitare électrique. Pour en jouer correctement, il est indispensable d'apprendre à coordonner le mouvement de la main droite donnant la rythmique sur la guitare avec le déplacement de la bouche sur l'harmonica pour trouver les notes de la mélodie sur le sommier. Comme toute nouvelle technique instrumentale, celle-ci s'acquiert par la pratique...


Le "Flexrack" de Hohner - C'est peut-être le meilleur porte-harmonica actuellement sur le marché. Construit en acier anodisé noir, ce porte-harmonica de forme ergonomique est ajustable, sans le moindre outil, dans son inclinaison et sa hauteur. Chaque réglage est facile à effectuer avec les quatre vis à mollette qui garantissent la stabilité du rack. Une fois les réglages effectués, ceux-ci ne bougent plus lors de la mise en place/changement de l'harmonica. Il s'adapte à tous les instruments ayant jusqu'à 16,5 cm de longueur. Il est en outre confortable à porter autour du cou grâce à un revêtement caoutchouté anti-dérapant. Prix: €54,- chez Thoman.




Le "Flexrack" amplifié de "BluexLab" - Un fabricant italien de matériels pour harmonicistes, "BluexLab", a eu l'idée d'amplifier ce rack avec un petit micro intégré dans un tube en aluminium. Ce micro est équipé d'un élément cristal à haute impédance "new old stock" (NOS, "pièces neuves d'époque") se trouvant déjà dans les micros "phare de vélo" fabriqués par la marque. Il s'adapte sur le "Flexrack" grâce à un astucieux système de montage qui, disposant de ressorts, permet de fixer, affirme la marque, n'importe quel harmonica diatonique à dix trous. Un contrôle de volume en ligne s'ajoute en option. Le site de "BluexLab" propose une vidéo sur ce porte-harmonica amplifié qui se branche sur n'importe quelle console. Pas de prix indiqué.



Le "G-Rig", un rack qui cache (bien) son jeu - Jouer avec un porte-harmonica pendu au cou peut présenter des inconvénients. Fabricant américain spécialisé dans les micros pour harmonicistes, "Front And Center Mics" a imaginé le "G-Rig", un rack qui n'en est pas vraiment un puisqu'il s'adapte sur un pied de micro. Tourné dans plusieurs essences de bois (sycomore, ébène, merisier, bois de marbre, noyer noir, érable piqué), il est équipé d'un élément NOS en céramique. Une chambre de compression est aménagée derrière l'instrument qui, grâce à un potard, délivre un son allant du "clair" au "compressé". Sur son site, la marque propose des vidéos de cet ingénieux faux-frère. Prix: entre $225,- et $325,- (entre €170,- et €246,-), port non compris.




"Duoharp" ou la preuve par deux - Un autre fabricant américain, "Duoharp", propose plusieurs systèmes pour jouer en rack sur deux harmonicas (pratique, par exemple, interpréter en homme-orchestre le "Orange Blossom Special", un classique de notre instrument que je vous ai présenté ici). Il s'agit, d'une part, du "Kwik Change" qui se monte sur tout porte-harmonica classique (photo ci-contre) et, d'autre part, de la "Kross Box" qui reprend, en le doublant, le principe du "G-Rig". Pour avoir essayé cet accessoire, il ne s'agit en rien d'un gadget! La firme a parallèlement développé un troisième porte-harmonica, le "Harplock" (également visible sur le site de la marque), dont la conception, d'une simplicité biblique peut séduire... Prix: entre $25,95 et $29,95 (entre €19,65 et €22,70), là encore port non compris.


Et pour le chromatique? - A première vue, le porte-harmonica semble être incompatible avec l'harmonica chromatique qui nécessite au moins un doigt pour le piston. Un joueur allemand de ukulele, Dietmar Link, a pourtant imaginé un rack utilisant le... menton pour enfoncer la tirette. Dans ces vidéos, notre Géotrouvetout teuton démontre comment il est possible, en abaissant la mâchoire inférieure, d'actionner le piston tout en jouant. Une technique qui semble toutefois assez délicate à maîtriser. Le rack, assure Link, peut recevoir tous les types de "chros", du 10 au 16 trous. Prix: 135 euros.



Piston actionné par pédale - Une autre solution, imaginée par le musicien de jazz américain Chuck Rejto, consiste à faire actionner le piston par le pied avec l'aide d'une pédale. A l'origine, ce système a été développé par un autre Américain, Vern Smith, par ailleurs inventeur de l'"Ergonomic Neck Rack". La tirette est reliée par un flexible en acier à une pédale dont la course est ajustée à même le sol avec de petites cales en caoutchouc. L'intégrité de l'harmonica est entièrement préservée (pas de vis et/ou de clips), le système pouvant être désassemblé du rack en seulement
quelques secondes. Le fabricant "Sea-Are  Productions" précise que sa pédale a été conçue spécifiquement pour les "chros" 12 trous mais qu'une adaptation aux 16 trous est possible. Voici une vidéo où Rejton utilise son système pour jouer le standard "These foolish Things" (Maschwitz-Strachey, 1936). L'interprétation est convaincante, le système semblant répondre avec précision aux sollicitations répétées de l'instrumentiste... Pour ma part, je n'ai pas détecté de "pain" à l'oreille. Prix: $500,- (€378,-), port non compris.


Pour illustrer mon propos, voici quelques maîtres de l'harmonica joué sur un rack.

Robert Johnson (1911-1938): harmoniciste avant d'être guitariste - Robert Leroy Johnson (ici à gauche avec Johnny Shines) s'essaye, très jeune, à la guimbarde qu'il abandonne rapidement au profit de l'harmonica pour en faire son instrument principal. A la fin des années 1920, il se met à la guitare et se confectionne un support pour son harmonica afin d'utiliser les deux instruments simultanément. Un film muet, découvert dans un cinéma de Ruleville (Mississippi) représenterait le bluesman mythique jouant avec un porte harmonica en 1936. Mis aux enchères, le document --qui n'a jamais été authentifié-- a été acquis par un autre spécialiste de l’harmo joué sur un rack nommé… Bob Dylan.



Bill Cox (1897-1968): celui qui a inspiré Doc Watson -  Né à Eagle (Virginie de l'Ouest), William Jennings Cox apprend d'abord à jouer de la guitare avant de se mettre à l'harmonica. A partir de 1929, il enregistre des reprises de Jimmie Rodgers avant de publier ses propres ballades dont "Filipino Baby", son plus gros succès où le ruine-babines est joué sur un rack. La légende veut que c'est en écoutant les 78 tours de Cox que Doc Watson, l'un des virtusoses de ce style, découvre que l'on peut (bien) jouer simultanément des deux instruments. Cox est "redécouvert" en 1965 vivant dans le dénuement à Charleston (Virginie de l'Ouest). C'est là qu'il enregistre son dernier opus avant de disparaître en 1968.

Doc Watson (1923-2012): l'un des maîtres du style - Né à Deep Gap (Caroline du Nord), Arthel "Doc" Watson gagne sa vie comme accordeur de piano alors que, au début des années 60, explose la musique folk. Avec sa guitare acoustique, son banjo et son harmonica joué sur un rack, il commence à tourner dans les clubs et se fait remarquer en 1963 au renommé Newport Folk Festival. Le "Doc" devient rapidement l'un des maîtres du style. Le voici dans une vidéo tournée en 1980 au Cambridge Folk Festival interprétant avec son fils Merle (décédé en 1985 dans un accident de tracteur) le gospel "When I Lay My Burden Down". A la fin du document, "Doc" apporte la preuve qu'il jouait bien du ruine-babines sur un porte-harmonica...


Bob Dylan (1941): reconnaissable entre tous - Lorsqu'il est question de barde s'accompagnant simultanément à la guitare et à l'harmonica, un nom vient immédiatement à l'esprit: celui de Bob Dylan (ici avec Joan Baez). Reconnaissable entre tous, son style a fait d'innombrables émules dans le monde entier, et cela même si sa technique instrumentale a quelques lacunes. Son jeu est assez rudimentaire et fruste avec une fâcheuse tendance à bourriner. .Le voici en 1963, au moment de sa notoriété naissante, interprétant à la télévision américaine l'une de ses plus grands succès, "Blowing In The Wind".




Jimmy Reed (1925-1976): le roi de la 1ère position - Né à Dunleith (Mississippi), Jimmy Reed a eu une influence phénoménale sur nombre de bluesmen. Comme je l'ai déjà écrit ici en vous le présentant, le style de Reed était on ne peut plus simple: un rythme "boogie shuffle" un peu paresseux agrémenté d'un harmonica "country" joué, sur un rack, en 1ère position. Il fut l'un des premiers professionnels à utiliser couramment la troisième octave de notre instrument pour ses enregistrements, utilisant pour ses solos les trous 7,8, 9 et 10 où seuls les plus téméraires d'entre nous osent s'aventurer. Le voici en 1975, dans l'un de ses derniers enregistrements publics avant sa disparition. Attention: l'image et son sont malheureusement pourris...






Doctor Ross (1925-1993): the "harmonica boss" - Né à Tunica (Mississippi), Charles Isaiah Ross apprend à jouer des tambours et de l'harmonica dès l'âge de neuf ans. D'origine Cherokee, il est appelé sous les drapeau en 1943 et est affecté dans un hôpital militaire. Démobilisé en 1947, il garde son surnom de "Doctor" et crée son "jump and jive band" qui joue dans tout le delta du Mississippi avant de disparaître des scènes. En 1954, il embauche chez le fabricant automobile General Motors à Flint (Michigan). En 1965, il fait son retour dans le métier et participe à la tournée de l'American Folk Blues Festival en Europe. À Londres, il enregistre son premier 33 tours pour Blue Horizon Records. Dans les années 80, l'Europe s'étant entiché de lui, Doctor Ross est au zénith de sa carrière alors qu'en Amérique on le connait à peine. Le voici dans le très hypnotique "Doctor Ross Boogie".



Jesse Fuller (1896-1976): le blues de la baie de San Francisco - Né à Jonesboro (Géorgie), Jesse Fuller est l'archétype de l'homme-orchestre. Chant, guitare harmonica, kazoo et percussions: Fuller joue de tout et de tout en même temps... Avant d'être reconnu par la profession, il fait de la figuration au cinéma dans un petit rôle du "Voleur de Bagdad" et Douglas Fairbanks lui procure la concession d'un stand de "hot dogs" en face des studios de Hollywood. Il y vend des boissons, cire les chaussures et joue pour mériter les pourboires de ses clients. Il est essentiellement connu pour son morceau "San Francisco Bay Blues" (la vidéo est ici) qui, enregistré en 1955, a été repris depuis par Peter, Paul and Mary, et Eric Clapton sur son album "Unplugged" (1992).





Quelques autres joueurs de rack contemporains - Le ténébreux Neil Young (photo ci-contre) est sans doute avec Bob Dylan l'un des joueurs de rack les plus connus. L'harmonica est présent dans la plupart de ses chansons et son jeu est, là encore, immédiatement reconnaissable même s'il est parfois assez proche de celui de Robert Zimmermann. Dans cette vidéo datant de 1971, le Canadien interprète "Hart Of Gold", le morceau qui l'a véritablement lancé. Les premières minutes sont hilarantes...
Parmi les Français, citons Chris Lancry, l'un des pionniers du blues dans l'Hexagone. Spécialiste du "fingerpicking" à la guitare, il s'accompagne fréquemment à l'harmonica joué en rack. Après son premier album en 1971, il a publié plusieurs méthodes sur le blues. A Paris, il se produit fréquemment à l'Utopia.
"Last but not least", l'Américain Paul Oscher (photo en bas à droite) est l'un des secrets les mieux gardés de la scène contemporaine. Ancien harmoniciste de Muddy Waters, Oscher est aussi l'un des meilleurs joueurs de racks actuels. Dans la vidéo que je vous propose ici, il interprète sur un porte-harmonica "Juke", le classique des classiques de l'harmonica blues que je vous avais présenté ici. Et pas une note ne manque...



 Quelques sites pour apprendre:
- www.harmonicalessons.com/guitar: site de l'Américain David Gage. En anglais. Payant.
- www.harmonicatunes.com/harmonicaholder. Une mise d'informations, notamment sur les différents types de racks que je n'ai pas pris la peine de vous de vous présenter ici. En anglais. Semi-payant.
- Et aussi cette vidéo du "customiseur" américain Richard Sleigh pour apprendre à accompagner votre harmonica à la guitare (et non l'inverse): http://www.youtube.com/watch?v=kaB6VhuWimQ


8 commentaires:

  1. Salut Robert, tes articles sont toujours aussi passionnants.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Franck... Heureux qu'ils te plaisent. Mais, excuse-moi, Franck qui? Au fait, es-tu inscrit au blog? Bien à toi, qui que tu sois ;o)

    RépondreSupprimer
  3. Franck croisé à St Aignan à qui tu as conseillé l'ampli VHT spécial 6...J'ai suivi tes conseils, une pure merveille!

    RépondreSupprimer
  4. Ah pardon... Salut l'ami. Et bien du plaisir avec ton petit "monstre". LLB

    RépondreSupprimer
  5. Your article is so good, Can I transfer it?

    LED lampen

    RépondreSupprimer
  6. Thank you for your kind words... You may "transfer it" (where to?) as long as you quote my blog...
    Le lover bleu

    RépondreSupprimer
  7. Tu as tout de même oublié le très grand John Hammond Jr à mon sens le plus impressionnat avec un rack et sa Duolian National en main ;o)

    RépondreSupprimer
  8. bonjour a tous,quel est le model de l'ampli que tu a conseiller a franck car il y en a 3 le (all-valve,combo et ultra head) merci

    RépondreSupprimer