Le "tongue blocking": effet ou embouchure ? Steve Baker répond...

Le "tongue blocking" est-il un simple effet de jeu ou s'agit-il d'une embouchure à part entière? Là-dessus, les avis divergent. Steve Baker donne le sien, carré et sans concession.


TB vs CDP - Une discussion enfiévrée m'a opposé récemment à un harmoniciste professionnel, pour qui le "tongue blocking" (TB) n'était qu'un effet de jeu alors que je soutenais qu'il s'agissait d'une embouchure. A ceux ayant zappé les papiers que j'ai consacrés sur ce blog au jeu lingual (lire ici et ici), je rappelle que le TB consiste, grosso modo, à utiliser de manière intensive sa langue pour passer de notes simples aux accords sans suspendre la note initiale. En cela le TB se différencie du jeu en dit "en cul de poule" (CDP) ou "en bisou" où la langue n'intervient que très peu. Mon propos n'est pas ici d'opposer ces deux manières de jouer mais de répondre à la question suivante: le TB est-il un effet de bouche (comme le "wah wah" est un effet de mains) ou doit-il être considéré comme une embouchure à part entière?

Deux écoles s'affrontent - De nombreux forums débordent de discussions passionnées sur les vertus comparées de ces approches différentes et, clairement, deux écoles s'affrontent! Si Joe Filisko, Dennis Gruenling et Greg Zlap assurent ne jouer qu'en TB, y compris les altérations soufflées des trous 7, 8, 9 et 10, Carlos del Junco, Charlie Musselwhite, Thierry Crommen et Michel Herblin jurent n'utiliser que le jeu en CDP, à l'exception de quelques octaves obligées. D'autres encore, comme Steve Baker, disent employer tour à tour TB et CDP en fonction des lignes mélodiques. Familier des deux techniques, Baker m'a paru de ce fait le mieux placé pour porter un jugement éclairé sur le différend évoqué plus haut. Je lui ai donc posé la question. Voici sa réponse qui, m'étant parvenue en anglais, a été traduite par mes soins. Ceux qui voudraient avoir le texte original peuvent me le demander...

Possibilités rythmiques considérables - "L'une des plus anciennes méthodes pour jouer de l'harmonica, et aussi l'une des plus répandues, consiste à envelopper avec les lèvres plusieurs canaux (Note du traducteurdu sommier) et de les couvrir avec la langue à l'exception du canal  produisant la note la plus haute. Cette méthode est généralement connue en anglais comme le "tongue blocking" (NDT: en français "jeu lingual") même si j'ai entendu employer le terme de "vamping" dans certains cercle de musique folk. Le "tongue blocking" (TB) constitue la fondation de pratiquement tous les styles traditionnels et il est utilisé par un grand nombre d'instrumentistes modernes, au moins dans certaines circonstances. Le TB permet notamment de combiner notes isolées et accords en enlevant puis en remettant la langue sur les canaux enveloppés par les lèvres. Aucune autre embouchure ne permet cela. Les possibilités rythmiques offertes par cette technique sont considérables et fondamentales pour des styles de jeu allant du folk alpin (NDT: le oumpah-pah) au celtique en passant par le blues et le classique…".

Le TB change le son - "Un autre aspect significatif du TB est qu'il change considérablement le son de l'instrument par rapport au CDP. En 1997,  j'ai pu le mesurer dans le laboratoire acoustique de Hohner (NDT: premier fabricant mondial de notre instrument). Lorsqu'on joue la même note d'abord avec une embouchure en CDP puis avec un TB, le spectre des harmoniques s'affichant sur un oscilloscope affiche immédiatement des différences majeures. En CDP, l'harmonique fondamentale apparaît relativement faible alors que les harmoniques subséquentes apparaissent de manière très prégnantes. En TB, c'est l'inverse: la fondamentale est renforcée et les subséquentes sont plus faibles. Cela se traduit par un son plus enveloppant et plus riche".

Le TB, pas un effet en soi - Ces constatations avaient été faites auparavant de manière empirique par nombre de joueurs en TB mais il n'en existait aucune preuve scientifique. A la vue des relevés de l'oscilloscope, établis de manière claire et systématique en laboratoire, j'ai dû faire l'effort (réel) d'apprendre le TB. Je l'utilise aujourd'hui la moitié du temps, en permutant entre le CDP et le TB, et inversement, lorsque les circonstances l'exigent. Certains effets ne peuvent être réalisés qu'avec une embouchure en TB, tels les "coups de langue", les "retraits" de langue (NDT: du sommier), les octaves et autres intervalles ainsi que les "inversions" de langue (NDT: pour jouer en succession rapide les deux notes d'une octave). Cependant, même le TB peut limiter le jeu de ceux qui jouent vite et/ou font un grand usage d'altérations et/ou d'overblows, il s'agit d'une technique fondamentale pour tous les styles du blues traditionnel. Tous les grands stylistes de l'harmonica blues, de John Lee Williamson à Little Walter en passant par Big Walter Horton jusqu'à Kim Wilson et Rick Estrin se sont appuyés ou s'appuient sur le TB pour réaliser une combinaison entre timbre "poisseux" et  accentuation rythmique…".

Le TB, une approche fondamentale de l'instrument - Cette combinaison ne peut pas être réalisée autrement! De sorte que, même si le TB peut être utilisé pour créer des effets spécifiques ne pouvant être réalisés autrement, il ne s'agit définitivement pas d'un effet en soi mais plutôt d'une approche fondamentale de l'instrument qui se trouve au coeur de nombre de styles. Il existe, bien entendu de grands joueurs d'harmonica qui ne jouent que rarement ou jamais en TB. Tout comme il existe de grands joueurs qui ne recourent pas aux "overblows". Mais il faut reconnaître une certaine vérité à l'affirmation de Magic Dick (NDT: l'harmoniciste de l'ex J. Geils Band) selon laquelle "si vous ne jouez pas en TB, vous ne jouez pas de l'harmonica".





Steve Baker, l'auteur du "Harp Handbook", ouvrage de référence - L’Anglais Steve Baker est l’un des harmonicistes les plus influents du moment et l’une des pierres angulaires de la scène harmonicale contemporaine.  Né à Londres où il a passé son enfance et son adolescence, il vit actuellement dans la région de Hambourg (Allemagne). Musicien professionnel depuis plus de 35 ans, le « Professeur » Baker a développé un style qui, expressif et lyrique, est reconnaissable entre tous. Son jeu s’inspire de la tradition du blues mais fusionne des éléments de la country, du folk, du funk, de la soul et du jazz. Il se produit régulièrement avec « Blues Culture », un trio mené par Abi Wallenstein,  une icône du blues en Allemagne, avec lequel il a publié six CDs. Il a également enregistré quatre CDs sur Acoustic Music Records avec l’immense guitariste américain Chris Jones. Baker collabore actuellement avec le compositeur et guitariste virtuose Dave Goodman. avec lequel il a publié en 2012 son premier CD, « The Wine DarkSea » (Acoustic Music Records), qui a reçu un accueil dithyrambique de la critique. Il est en outre l’auteur du “HarpHandbook” (Music Sales), méthode d’apprentissage de référence qui, considérée comme la "bible" des joueurs d’harmonica, a été publiée en 1990 et ré-éditée quatre fois depuis. Baker a donné des milliers de concerts et enregistré à des centaines de reprises en studio, pour des longs métrages et des émissions de télévision. Consultant chez Hohner depuis 1987, il a été étroitement associé au développement des nouveaux modèles diatoniques de la firme allemande, « Marine Band Deluxe », « Marine Band Crossover » et « Marine Band Thunderbird ». Il est enfin l'initiateur des ''Harmonica Masters Workshops" de Trossingen (Allemagne) devenus depuis 2003 un rendez-vous mondial incontournable des amateurs et des professionnels de l'instrument.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire