Quoi qu'il y a dans mon micro qui donne le gros son? (1/2)

Ca y est! Vous venez d'acquérir l'ampli de vos rêves et il ne vous manque plus qu'un micro pour déchirer comme Little Walter. Problème: lequel choisir?

Qu'est-ce qu'un micro? Pour faire simple, il s'agit d'un dispositif de conversion d'ondes sonores acoustiques en impulsions électriques. Le dispositif est généralement constitué d'une partie mobile que les ondes sonores viennent exciter. Ces oscillations mécaniques sont converties en tension électrique qui est ensuite acheminée vers le système d'amplification ou d'enregistrement auquel le micro est branché.
Il existe trois grandes catégories de micros: à capteur piézo-électrique ou cristal, électrodynamique et  électrostatique. Pour l'harmo, seules les deux premières catégories sont intéressantes. Et cela indépendamment de "l'enveloppe" du micro, de son aspect extérieur. Ce qui compte, c'est la capsule, l'élément qui se trouve à l'intérieur. En somme, peu importe le "flacon", pourvu qu'on ait le (gros) son...

Sel de Rochelle ou "cristal". Tout harmoniciste digne de ce nom aura, à un moment ou un autre, entendu parler de "micro à cristal". De quoi s'agit-il? Contrairement aux micros électrodynamiques, ce type de micro ne capte pas, par sa capsule, les vibrations acoustiques de l'air mais celles véhiculées par une surface solide. Leur capsule est de ce fait constituée d'un minuscule morceau de sel de Rochelle, nom commun du tartrate double de sodium et de potassium. Lorsqu'il est soumis à une variation de pression due à une vibration acoustique, ce petit "cristal" va fournir un courant électrique alternatif proportionnel en amplitude et en fréquence à la vibration captée. C'est l'effet piézo-électrique, c'est-à-dire la propriété que possèdent certains corps de générer une charge électrique sous l’action d’une contrainte mécanique.

Bobine mobile et aimant. Un micro dynamique est généralement constitué d'une membrane tendue sur un cadre. Les vibrations de l'air se communiquent à la membrane sur laquelle est montée une bobine qui va produire un courant induit en se déplaçant par rapport à un aimant fixe, comme le montre le schéma d'une capsule ci-contre: onde sonore (1) membrane (2) bobine mobile (3) aimant (4) courant électrique (5). Ces deux technologies ont, chacune, leurs avantages et leurs inconvénients. Le cristal  est sensible aux températures extrêmes et aux chocs alors qu'un aimant, plus robuste, manque de finesse dans les aigüs.

Lampes de vélo. Pourquoi ces deux technologies datant des années 30 et 40 ont-elles un intérêt pour nous, harmonicistes? Tout simplement parce qu'elles sont utilisées dans les micros "vintage" en forme de "lampe de vélo" affectionnés par les grands professionnels, les Shure 520 "Green Bullet" et autres Astatic JT-30. Car, s'il n'existe pas à proprement parler de capsule spécialement conçue pour l'harmonica, les éléments équipant ces micros ont l'avantage de "descendre" très bas. Lorsqu'ils sont utilisés pour amplifier notre instrument,  ils concourrent à dispenser ces fréquences basses qui lui font défaut dans la plupart des tonalités.

Une capsule R5 Shure, côté face

 "Controlled reluctance" et "controlled magnetic". Qu'est-ce qui se cache derrière ces expressions apparemment barbares qui reviennent régulièrement dans la littérature anglo-saxonne consacrée à l'harmonica amplifié? Dans la catégorie des micros dynamiques, il s'agit de deux familles de capsules mises sur le marché par le fabricant americain de micros Shure entre 1949 et 1990 pour des applications industrielles. La plage de fréquence de ces éléments se situe entre 100 et 7.000 Hertz (Hz) alors que le domaine de perception des sons de l'oreille humaine se situe entre 20 et 20.000 Hz. Ces capsules ont deux grands avantages: leur robustesse (pendant la 2è guerre mondiale, elles ont équipé les systèmes de communication de l'armée américaine) et leur capacité à produire une distorsion sonore, à la base du son agressif recherché par le plus grand nombre dans la corporation. Dans la "famille" des "controlled reluctance" (CR), la cellule Shure R5 est la plus prisée. Celle-ci se décline en "black label" (aimant de couleur noire), la plus ancienne et la plus convoitée (entre 200 et 250 dollars US sur eBay), et en "white label" (aimant blanc), dont les qualités tonales seraient moindres. A vrai dire, la différence alléguée par les spécialistes échappe entièrement à mes oreilles.

Une capsule R5 Shure, côté pile
Impédance: haute ou basse? Reste la famille des "controlled magnetic" (CM) qui relève d'une technologie cousine. A mon humble avis, la plupart des capsules CM "sonnent" aussi bien que les CR mais sont deux fois moins chères que ces dernières. On peut en trouver sous les 100 dollars US sur eBay! Mais dans tous les cas, et particulièrement si l'on possède un ampli à lampes, il faut veiller à utiliser un élément à haute impédance (Hi Z) et non à basse impédance (Low Z). Je donnerai pas ici d'explication technique fumeuse. Il suffit de savoir que les capsules "Hi Z" ont nettement plus de "gnaque" que les "Low Z". Pour les reconnaître, il faut se reporter à la série de quatre chiffres et une lettre se trouvant au dos de l'élément: 99A86, 99B86, 99F86, 99G86, 99H86, 99K86 ou 99X86.

Et enfin, sur la tranche...

Joint d'étanchéité. Les trois autres chiffres constituent la date de fabrication. Ici, il s'agit d'un élément qui, portant le "code" 325, date de la 25è semaine de 1953. Pour installer ces capsules dans un micro, il faut un joint d'étanchéité spécial. Jusqu'à récemment, ces joints en caoutchouc, qui avaient une fâcheuses tendance à pourrir, étaient quasiment impossible à trouver dans un état satisfaisant de sorte que nombre de capsules avaient la bougeotte dans le micro où elles se trouvaient. Toutefois, et depuis peu, ces joints sont à nouveau disponibles. Bon, alors, comment ça "sonne"? Voici une petite vidéo trouvée sur le net. A mon sens, elle n'est pas très convaincante. Elle permet néanmoins de se faire sa petite idée.
(A suivre...)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire