Jerry Portnoy: "Légende vivante, c'est dur à assumer..."


Il a roulé sa caisse avec Arthur "Big Boy" Crudup, a joué au poker avec Freddie King, a partagé la scène avec Lightnin’ Hopkins, Dizzy Gillespie, Johnny Young et Lee Jackson, a été l'harmoniciste de Muddy Waters et tourné avec Eric Clapton... A 67 ans aux fraises, Jerry Portnoy a tout fait ou presque. "Parfois, j'ai l'impression qu'on me parle de quelqu'un d'autre", confesse-t-il.



Jerry Portnoy (25 novembre 1943)

Bercé par le blues – Jerry Portnoy est un petit veinard: dans les années 50, depuis le magasin de tapis de son père qui donnait sur la mythique Maxwell Street de Chicago (Illinois), il a vu et entendu les deux Walter (Horton et Jacobs) se produire sur ce marché grouillant et populaire. Mais aussi Robert Nighthawk, Magic Sam et d'autres encore. "Le blues a bercé toute mon enfance sans que j'y prête réellement attention. C'est comme si j'étais né dedans, comme s'il avait baigné mon subconscient", raconte-t-il. Portnoy n’a pourtant véritablement découvert "la musique du diable" qu’à la fin des années 60. "J’avais essayé d’apprendre la guitare, la basse et la batterie et ces essais infructueux m’avaient convaincu que je n’avais pas le sens de la musique. Mais la première fois que j’ai soufflé dans un harmonica, j’ai su que c’était faux". Portnoy s’est alors empressé de prendre des leçons chez Walter Horton et, en 1974, il intège le groupe de Muddy Waters --à cette époque au sommet de sa réputation-- où il prend le relais de George « Mojo » Buford. "Je me souviens de mon premier concert avec Muddy dans un stade de baseball à Indianapolis (Indiana). Lorsque le maître de cérémonie nous a présentés ("Ladies and gentlemen, the Muddy Waters Blues Band"), j’ai eu la plus forte poussée d’adrénaline de ma vie", assure-t-il. Avec Waters, il enregistre trois albums: "I'm Ready", "Muddy Mississippi Waters Live" et "King Bee".

 Avec le « Legendary Blues Band » - Six années plus tard, en 1980, il quitte Waters et forme le "Legendary Blues Band" avec Pinetop Perkins (piano et chant), Willie "Big Eyes" Smith (batterie), Peter Ward et Duke Robillard (guitares) et Calvin Jones (basse et chant). Fidèle au blues de Chicago dans lequel les racines du groupe sont plongées. Portnoy place deux compositions sur le premier album du groupe enregistré sur Rounder en 1981 ("Life Of Ease" et "Payback") tandis que "Crazy 'Bout That Thing" et "Money", deux autres de ses titres, figurent sur le second opus du groupe, l’excellent "Red Hot 'N' Blue" (Rounder, 1983). Boulimique, Portnoy fait parallèlement partie de la "Boston Blues Explosion", un groupe formé par le guitariste Jay Geils, le pianiste David Maxwell et le chanteur Darrell Nulisch. Fatigué par les tournées incessantes, Portnoy pose ses valises en 1986 et se retire du chaubiz pour s’installer à Waltham (Massachusetts) et devient rédacteur publicitaire. Mais le blues le démange et, en 1987, il forme avec le guitariste Ronnie Earl un nouveau groupe, les "Broadcasters". Puis en 1989, il fonde les "Streamliners" avec lesquels il sort un an plus tard "Poison Kisses" qui sera sera suivi, en 1995, par  "Home Run Hitter". Entretemps, il est engagé en 1991 par Eric Clapton qui vient de former son "All Star Blues Band". Portnoy enregistre avec le "guitare hero" britannique pour le label Warner Bros, d’abord "24 Nights" puis "From the Cradle", un opus qui le propulse sur le devant des scènes rock et pop. En 1993, il quitte Clapton pour faire une courte apparition en 1996 sur "A Man Amongst Men", un opus de Bo Diddley où il joue sur le titre "I Can’t Stand It".

Une légende vivante ? - Interrogé sur l’évolution du blues, Portnoy estime que "ce monde d’où il vient n’existe plus". "Tous ces musiciens nés au début du 20è siècle dans le delta du Mississippi et qui m’ont donné le blues en héritage ont, pour la plupart, disparu. J’ai eu énormément de chance de pouvoir les rencontrer et de pouvoir jouer avec eux", explique-t-il. "A l’issue de mes concerts, un peu partout dans le monde, on m’assure souvent que je suis devenu une légende vivante. Je trouve cela difficile à assumer parce que j'estime n'être qu’un modeste joueur d’harmonica", ajoute-t-il. Difficile à croire lorsqu’on balaie la carrière du musicien qui s’est produit à la Maison Blanche de Washington, le siège de la présidence américaine, le Carnegie Hall, le Radio City Music Hall et le Smithsonian à New York, le Royal Albert Hall de Londres. Il a également été invités par les festivals les plus prestigieux au monde parmi lesquels ceux de Newport (Rhode Island) et Montreux (Suisse), l’International Jazz Jamboree de Varsovie (Pologne) et la Grande Parade du Jazz à Nice. Sa discographie n’est pas moins impressionnante: il est présent sur plusieurs albums ayant remporté un Grammy Award et a été lui-même nominé pour ce trophée très envié en 1997 pour son travail avec le "Muddy Waters Tribute Band", une autre formation de haut niveau à laquelle il a participé. Il est en outre apparu dans les émissions les plus regardées aux Etats-Unis, dont Saturday Night Live, Soundstage, MTV, VH1 et le Disney Channel. Il a enfin donné des cours d’harmonica  au Berklee College of Music de Boston (Massachussets) et a publié en 2001 une méthode d’apprentissage qui fait référence.



Quelques Liens
http://harpjunction.com/

(Pendant toute sa carrière, Portnoy a été toujours été d'une mise impeccable. Admirez ici ses mocassins en peau de serpent et ses chaussettes au motif... disons original. J'ai volé la photo lors d'un passage du maitre chez Hohner à Trossingen, en Allemagne)


Le roi du blues lent - Portnoy a toujours dit de lui-même qu'il était paresseux et que, de ce fait, il préférait jouer lentement que vite. Si sa réputation de koala n'est pas surfaite --en tournée, il préfère rester dans sa chambre d'hôtel plutôt que de sortir diner en ville--, notre homme est reconnu comme ayant un timbre exceptionnel. Le voici à l'oeuvre dans l'une de ses pièces "fétiche", "Blues In A Dream", enregistré en septembre 2009 à Calvari (Italie). Sooo langourous beute sooo goude, Jerry...



Aucun commentaire:

Publier un commentaire