Howlin' Wolf ou quand le blues du delta épouse le swing

Chester Arthur Burnett, mieux connu sous le sobriquet de "Howlin' Wolf" ("le loup hurlant") a appris la guitare de Charley Patton, s'est frité avec Muddy Waters, a boeufé avec Jimi Hendrix, donné des cours de chant à Eric Clapton et appris l'harmo de Sonny Boy Williamson II.
Chester Burnett (10 juin 1910 - 10 janvier 1976)


Ses complices et ses enregistrements - Wolf a joué avec  Jimi Hendrix,  Pat Hare, Jimmy Rogers, Buddy Guy, Freddy King, Matt "Guitar" Murphy, Eric Clapton, Hubert Sumlin, Muddy Waters et Bo DiddleySes premières galettes datent du début des années 50 pour Sam Phillips et les Bihari Brothers dans les studio Sun de Memphis (Tennessee) et Modern de Los Angeles (Californie). Puis, de 1953 à 1973, il a travaillé exclusivement pour Chess Records à Chicago (Illinois). Parmi ses titres les plus marquants, il faut retenir "Moanin’ At Midnight", "All Night Boogie", "Tell Me", "Smokestack Lightnin’", "(Everybody’s) In The Mood" et encore "Baby Ride With Me".


Sa vie, son oeuvre - Né le 10 juin 1910 à West Point (Mississippi), le "Loup hurlant" est confié à la séparation de ses parents à Will Young, son oncle qui est prédicateur de la congrégation baptiste de White Church (Mississippi). "Wolf " chante rapidement dans le choeur mais, à 13 ans, les mauvais traitements le font rejoindre son père, Leon "Dock" Burnett, employé agricole à la plantation de Young et Morrow à Ruleville (Mississippi). Sa grande taille (1,88 m) et sa carrure (120 kg) lui valent déjà le sobriquet de "Big Foot Chester" ("Chester aux grands pieds"). Au début des années 20, il rencontre le guitariste Charley Patton qui lui donne ses premiers cours de guitare. Son beau-frère, Rice Miller alias Sonny Boy Williamson II, lui apprend les rudiments de l'harmonica. A la radio, il découvre Tommy Johnson, les Mississippi Sheiks, Tampa Red et surtout Jimmy "The Yodeling Brakeman" Rogers (rien à voir avec le guitariste homonyme Jimmy Rogers) dont il essaiera d'imiter la voix. En 1941, il est appelé sous les drapeaux où il sert jusqu'en 1945 dans les transmissions. Trois ans plus tard, il quitte la plantation dans sa propre voiture et avec 5.000 dollars en poche --une somme colossale pour un garçon de ferme-- et s'installe à West Memphis (Arkansas) où il est engagé par la KWEN, une station de radio "ethnique", c'est-à-dire "pour les Noirs". Il prend dans son groupe des harmonicistes comme James Cotton et Junior Parker, et des guitaristes comme Pat Hare et Matt "Guitar" Murphy. En 1951, il enregistre pour Sam Phillips "Moanin' at Midnight", son premier opus de référence. Wolf chante et joue de l'harmonica, Willie Johnson (à ne pas confondre avec "Blind" Willie Johnson) est à la guitare dans un style à mi-chemin entre Charley Patton et "T Bone" Walker, Willie Steele à la batterie et peut-être Albert Williams au piano, à moins qu'il ne s'agisse d'Ike Turner. Le disque, qui marie le swing au blues du delta, s'installe d'emblée en tête des "charts" et, en 1953, Wolf monte à Chicago (Illinois) où il enregistre chez Chess avec Otis Spann au piano, Willie Dixon à la basse, Earl Phillips à la batterie et Hubert Sumlin, un jeune guitariste alors inconnu qui fera toute sa carrière chez Burnett. En peu de temps, il s'installe comme une concurrence pour Muddy Waters qui tente notamment de débaucher Sumlin. Les succès s'enchaînent, la plupart composés par Willie Dixon: "No Place To Go", "Rockin' Daddy", "Baby How Long", "Evil (is goin' on)", "I'll be Around" ainsi que les célébrissimes "Spoonful" et "Wang Dang Doodle" (Wolf détestait ce dernier titre…). En 1961, c'est "Shake for Me", "The Red Rooster", "Down in the Bottom", "Goin' Down Slow" et "Ain't Superstitious". En 1964, il épouse Lillie Hanley et se range quelque peu des voitures: la "soul music" et le "rock'n roll" ont remplacé le blues sur les radios et Wolf met sa carrière en veilleuse. Jusqu'à ce qu'arrive l'"english invasion" du milieu des années 60 qui fait découvrir la "musique du diable" à un public de jeunes Blancs urbains. Des groupes comme les Animals, le Jeff Beck Group, les Yardbirds, Led Zepplin et les Rolling Stones interprètent ses morceaux. Il effectue une première tournée européenne avec Dixon, Sumlin, le batteur Fred Below et le pianiste Sunnyland Slim. Le 26 mai 1965, il se produit avec les Stones sur  "Shindig", une émission mythique de la télévision britannique. En 1970, il est grièvement blessé aux reins dans un accident de la route à Toronto (Canada) et devra suivre une dialyse jusqu'à la fin de sa vie. Il donne son dernier concert en novembre 1975 à l'Amphithéâtre de Chicago. Admis en décembre de la même année à l'hôpital des anciens combattants de Hines (Illinois), il décède d'une insuffisance cardiaque sur la table d'opération, le 10 janvier 1976. Il est inhumé au cimetière d'Oak Ridge de Hillside (Illinois) où Eric Clapton paya sa pierre tombale, visible ci-bas. En 1991, il est admis à titre posthume au Panthéon du rock'n roll.

Ecoute conseillée -  "Memphis Days – Volumes 1 et 2" (Bear Family): ses plus grandes premières galettes.
"His Best" (MCA/Chess): tout est dans le titre de l'opus.
"Real Folk Blues/More Real Folk Blues" (MCA/Chess): deux 33 tours sur un CD. Rien que du classique.
"Moanin’ In Moonlight/Rockin’ Chair" (MCA/Chess): encore une louche de classique.
"The Anthology" (Universal): double CD avec des plages inédites.


Quelques liens
http://slidingdelta.com/bluesmen/howling_wolf.html
http://rockin-records.over-blog.fr/article-howlin-wolf-62725159.html
http://www.howlinwolf.com/book/book_lrg.htm

Visionnage - Outre la performance absolument insensée que je vous avais proposée ici en décembre 2010 , voici "le loup hurlant" interprétant en 1966 l'un de ses grands classiques, "Smokestack Lightning". Le plan d'harmonica est on ne peut plus simple mais ô combien efficace:




vier

Aucun commentaire:

Publier un commentaire