"B Radical": le procureur général de l'Illinois enquête...

Selon une radio américaine, le procureur général de l'Etat de l'Illinois enquêterait sur Bradley Harrison, le concepteur et fabricant du "B Radical" que des clients accusent de faillite frauduleuse.




Enquête sur des commandes payées mais pas livrées - Selon le site internet de la radio américaine WIFR, les services du procureur général de l'Illinois ont été saisis par le Better Business Bureau (BBB) de l'Etat qui, au cours des deux dernières semaines, a reçu quelque 65 plaintes de clients de Harrison Harmonicas (HH), la société installée à Rockford (Illinois) par Brad. Ces clients ont affirmé, furieux, au BBB que le fabricant ne leur a jamais livré les harmonicas "B Radical" payés à la commande jusqu'à 200 dollars US (environ 130 euros) pièce. HH aurait refusé de rembourser ces clients mécontents en leur promettant une livraison prochaine. Or début août, WIFR avait déjà rapporté que la firme avait fermé en catimini ses ateliers de Rockford. N'ayant plus d'interlocuteur sur place, le BBB a donc dû se tourner vers la justice. En effet, créés en 1912, les BBB ne constituent pas une agence du gouvernement américain. Il s'agit plutôt d'un réseau d'officines locales travaillant de concert pour établir un climat de confiance entre vendeurs et acheteurs. Le services du procureur travaillent actuellement sur cinq plaintes, dont une a été retirée, précise par ailleurs WIFR. La radio conseille aux clients de HH pensant avoir été grugés de remplir ce formulaire: http://www.ag.state.il.us/consumers/conscomp.pdf. Cette démarche préserverait les intérêts des clients de HH à l'étranger, et donc en France. WIFR précise qu'elle a cherché à entrer en contact avec Brad Harrison mais que celui-ci n'a pas retourné les appels.


Le "B Radical", un pari insensé - En janvier, le lover bleu vous avait présenté le "B Radical" ici et encore ici. "Vendu" comme l'harmonica diatonique du 21è siècle par son concepteur, personne ou presque ne pouvait en acquérir un rapidement aux Etats-Unis  et encore moins en Europe. Pour une raison simple: l'exigence de qualité avait été placée à un tel niveau que la production industrielle du "B  Radical" n'a jamais vraiment décollé: seulement quelques centaines d'exemplaires ont pu être fabriqués. Dernier avatar du sac de noeuds qu'était devenu le pari insensé de Brad (fabriquer en série un harmonica quasi "custom"): embauché par Harrison, Richard Sleigh, l'un des customiseurs les plus respectés de la planète harmonica, avait reçu pour mission de faire prendre de la vitesse à la chaîne de production du nouvel instrument, jugé à bien des égards révolutionnaire. Cela ne lui a apparemment pas réussi et début août, le "buzz" voulait que HH, le seul fabriquant d'harmonicas aux Etats-Unis, ait été vendu à des "intérêts étrangers"...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire