Le B-Radical passé au banc d'essai par Michael Timler (2/2)

Deuxième et dernier volet du passage du B-Radical de Brad Harrison sur le banc d'essai de Michael Timler, ex-harponline.de et, depuis peu, responsable de production chez Hohner.

L'usinage des anchesJe remarque alors que les anches sont usinées dans le sens de la longueur alors que tous les autres manufacturiers usinent leurs anches dans le sens de la largeur, ce qui les rend plus fragiles notamment après l'accordage. D'un rouge profond --ce qui semble indiquer une forte teneur en cuivre--, les anches de mon B-Radical ont 1,1 millimètre (mm) m d'épaisseur et sont plus longues de 0,15 mm que celles d'un Marine Band Classic de Hohner. Les fentes des plaques sont débourrées avec beaucoup de précision sur toute leur longueur. Les tolérances sont ici comparables à celles du Marine Band et du Manji de Suzuki mais la finition des anches est absolument parfaite, comme cela est visible sur les trois clichés macro ci-contre:
De gauche à droite: B-Radical, Crossover Hohner et Manji 
Le sommier - C'est peut-être la plus grande innovation du B-Radical et pas seulement la plus visible. Là encore, l'usinage est parfait et permet d'avoir l'instrument confortablement en mains. Pas de protubérances ou d'angles, tout est arrondi. (Note du traducteur: Harrison propose depuis peu des sommiers en plusieurs couleurs, bleu, mauve et vert). Le design est conçu de manière à permettre le "clipsage" des capots, en plus des deux vis faisant tenir l'instrument ensemble. Le tout est lisse et agréable au toucher. Bien entendu, le bois composite ne permet pas à l'humidité de pénétrer. Pas de crainte à avoir sur un sommier qui enflerait avec la salive!
Le jeu - J'ai été immédiatement conquis par cet harmonica. La réponse est excellente et les "overblows" (OB) et "overdraws" (OD) étaient là, même s'ils grinçaient un peu. L'OB du trou n°1 semblait particulièrement récalcitrant et j'ai dû le dompter avec un travail sur la lamelle. Tout ceci est normal:  il n'existe pas encore sur le marché d'harmonia diatonique rendant les OBs et les ODs sans un minutieux travail sur les anches. Mon B-Radical a par ailleurs rapidement montré qu'il avait du coffre et qu'il pouvait être joué de manière expressive. Les harmoniques m'ont toutefois semblé moins "craquantes" et "fraîches" que celles produites par le Crossover.
En conclusion - A ceux qui songent à acquérir un B-Radical --lorsqu'ils seront disponibles en Europe-- mais hésitent à le faire en raison de son prix ($180,- soit €140,-), je conseille de se retourner vers des modèles haut de gamme de fabricants établis, comme le Crossover ou le Manji.
Pour ceux qui ont la thune, ils recevront un instrument magnifique, construit avec un souci de la perfection qui en fait un jouet précieux.
Il reste qu'avec quelques ajustements, le Crossover et le Manji peuvent accomplir les mêmes choses que le B-Radical et à un coût bien moindre. Et je doute qu'avec son souci du détail, Harrison puisse jamais être un réel concurrent pour Hohner et Suzuki, qui ont un savoir-faire établi. (Copyright: Michael Timler - Adaptation: Robert Koch)

Pour le dessert, voici un web-reportage publié l'année dernière par le "Chicago Tribune" sur Brad et sa société.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire