Quand Little Walter jouait (aussi) de la guitare...

Little Walter est peut-être le plus grand harmoniciste de blues qu'ait connu la planète. Mais qui sait que Marion Jacobs fut aussi un guitariste de talent et qu'il a enregistré avec cet instrument? 


Little Walter à Chicago, au début des années 50
Un "classique"Marion Walter Jacobs arrive à Chicago (Illinois) de Marksville (Louisiane) en 1947, en compagnie du chanteur-batteur-guitariste "Baby Face" Leroy Foster, originaire d'Algoma (Mississippi) et du pianiste Johnnie Jones, de Jackson (Mississippi). Jacobs compte à peine 17 ans et Foster n'en a que 24. La valeur n'attendant pas le nombre des années, deux ans plus tard, Jacobs et Foster ont intégré la formation de Muddy Waters, alors connue comme le "Drunk Ass Band" (littéralement "L'orchestre du poivrot"!).  En janvier 1950, cet improbable trio s'associe pour enregistrer sur Parkway, un minuscule label qui ne vivra pas plus de quatre mois dans la "Windy City", huit titres parmi lesquels "Rollin' And Tumblin'". Le titre, une lancinante mélopée africaine qui sera publiée en deux parties ("Part 1" et "Part 2"), deviendra l'un des plus grands classiques du blues et sera repris par des artistes aussi prestigieux que Bob Dylan, Eric Clapton et Jeff Beck. Créditée au "+Baby Face+ Leroy Trio" sur le Parkway n° 501, voici la deuxième partie de cette version avec "Baby Face" au chant, Walter à l'harmonica et Waters à la guitare "slide" et au chant:




"Rollin' And Tumblin'" est en fait un repiquage du "Minglewood Blues" enregistré en janvier 1928 par les "Gus Cannon's Jug Stompers", photographiés ici en bas à gauche. Ecoutez bien le "riff" d'harmonica de Noah Lewis et vous reconnaîtrez facilement la mélodie reprise 32 ans plus tard par le trio Walter-Foster-Waters.



"Tuer" la version originale - Certains historiens du blues attribuent cependant la paternité du morceau à Hambone Willie Newbern qui, selon eux, l'a gravée le 14 mars 19129 sur le label Okeh sous le n° 8679. La session Parkway irrite pourtant Leonard Chess.
Le patron du label éponyme, qui avait Waters sous contrat, décide de faire ré-enregistrer le titre par son poulain pour "tuer" la version originale. Cette version, que vous pouvez écoutez ici, n'a cependant plus rien à voir avec la puissance sauvage de la galette Parkway. Mais, me dites-vous, la guitare de Little Walter dans tout cela? J'y arrive... Sur les huit titres enregistrés en 1950 pour Parkway, trois ont l'harmoniciste comme guitariste. Il s'agit de "Muskadine Blues", "Bad Acting Woman" et "Moonshine Blues" sur lesquels Muddy assure l'accompagnement rythmique avec le "slide". "Muskadine Blues" est une reprise du "Take A Little Walk With Me" enregistré par Robert Lockwood Jr mais qui aurait été composé mais jamais gravé par Robert Johnson. "Bad Acting Woman" avait déjà été publié, sans identification des musiciens, sur le label Regent (n° 3296). 

"Jeu fonctionnel" - Dans l'incontournable biographie qu'ils ont consacré à Walter ("Blues With A Feeling: The Little Walter Story"), les musicologues Scott Dirks, Tony Glover et Ward Gaines jugent qu'à la guitare, celui-ci a "un jeu fonctionnel et pas particulièrement digne d'intérêt". "A défaut d'autre chose, poursuivent-ils, ces trois pièces montrent où se situe le véritable talent de Walter Jacobs", sous-entendu l'harmonica. Pour vous forger votre avis, voici les trois titres en question, ré-édités en 1993 par Delmark sous le n° DD 648 ("The Blues World Of Little Walter").
Voici "Moonshine Blues" tandis que "Bad Acting Woman" est là et "Muskadine Blues" est là.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire