Jerry "Boogie" McCain: lorsque le blues s'habille en rock'n roll

Il a composé "Steady", l'instrumental d'harmonica le plus joué et le plus repris, avant même le "Juke" de Little Walter (voir plus bas). Jerry "Boogie" McCain, 81 ans aux prunes, est à notre instrument  ce que Link Wray fut  à la guitare et Esquerita au piano: un fou! Dès ses premiers enregistrements dans les années 50, il a habillé  la petite musique du diable en rock'n roll et en punk et elle ne s'en est pas vraiment remis depuis. Il a tourné avec les Drifters, les Temptations et Freddy King. Retiré des affaires depuis la fin des années 80 --il a quitté son emploi de détective privé--, il lui arrive encore de se produire dans son club de Gadsden (Alabama).
Jerry "Boogie" McCain (18 juin 1930 - )

Ses enregistrements de référence - “Steady”, “Geronimo Rock & Roll”, “She’s Tuff”, “Honky Tonk Parts 1 & 2″, “Midnight Beat”.

Ses labels et maisons de disques - Trumpet (début des années 50), Continental, Rex, Excello et Okeh (des années 50 au milieu des années 60), Jewel (milieu des années 60 au début des années 70), Bad et Heart (années 80), Ichiban (fin des années 80 et début des années 90), Music Maker, Boogie Down et Jericho (années 2000).

Sa vie, son oeuvre -  Harmoniciste relativement obscur, Jerry McCain restera dans l'histoire de notre instrument comme le compositeur des deux morceaux les plus repris de l'harmonica blues: « Steady » et « She's Tough », deux faces d'un 45 tours gravé en 1960 pour Rex Records. Les Fabulous Thunderbirds de Kim Wilson ont ainsi fait figurer « She's Tough » sur leur premier album, « Girls Go Wild », sorti en 1979. Voici cette version avec un Kim à la chevelure encore relativement fournie, Jimmie Vaughan à la guitare, Keith Ferguson à la basse et Mike Buck à la batterie:



Né le 18 juin 1930 à Gadsden (Alabama), McCain débute dans la carrière en rencontrant Little Walter Jacobs dans sa ville natale en 1953. La même année, il enregistre  dans son salon onze blues dopés au rock'n roll et les fait publier sur Trumpets Records par Lillian McMurry, l'un des producteurs les plus influents de l'époque qui, quelques années auparavant, avait  découvert Elmore James. De cette époque, voici "Geronimo Rock", un titre, comment dire, sauvage...




En 1955, McCain, qui a gagné son sobriquet de "Boogie", signe chez Excello, un label de Nashville (Tennessee) où il produit quelques bonnes galettes mais sans l'énergie brute de ses premiers enregistrements. Passé l'épisode Rex Records, zenith de sa carrière, il tombe dans un anonymat relatif et tourne avec diverses formations pendant une vingtaine d'années. En 1989, il signe chez Ichiban Records dont les productions révèlent un artiste arrivé à maturité et en pleine possession de ses moyens bien qu'âgé de 60 ans. En 1997, McCain joue au Lincoln Center de New York avec l'orchestre symphonique de sa ville natale un "Concerto pour harmonica blues et orchestre" composé par Julius Williams. Depuis, il est rangé des voitures...

Ecoute conseillée
- “Rockin’ Harmonica Blues Men” (Wolf): quelques enregistrements des années 50 avec notamment  le trompettiste de jazz Kid Thomas.
- “Strange Kind Of Feeling” (Alligator): des reprises du label Trumpet, une intéressante collaboration avec le "shouter" Tiny Kennedy.
- “Tuff Enuff – Ace Blues Masters” (Westside): une compilation incluant ses deux grands succès, “Steady” et “She’s Tough”.

Discogaphie - Sa discographie complète est ici: http://koti.mbnet.fi/wdd/jerrymccain.htm

"Steady" - Et pour le dessert, voici la tablature de "Steady" mise à ma disposition, libre de droits, par David Barrett et son école du blues.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire