Lorsque l'harmonica sert de motif au "body art"

La mode est aux tatouages. Manière d'afficher son appartenance à un groupe, à une tribu ou à un quartier dans les années 70, c'est aujourd'hui devenu un moyen de revendiquer son originalité, de séduire, de s'embellir voire de provoquer ou de compenser. Lorsque l'harmonica sert de motif au "body art", voici ce que cela donne:


De gauche à droite: 1) Magnifique "tatoo" de Frédéric Yonnet dont je me demande s'il est vrai. 2) Un "Marine Band" de Hohner adorné de la mention "committed" ("engagé"): un passionné du modèle-fétiche de Hohner. 3) Little Walter sur le bras gauche. 4) et Sonny Boy Williamson, deuxième du nom, sur le droit.


De gauche à droite: 1, 2 et 3) Trois avatars du "Marine Band". 4) Marion Jacobs comme compagnon.


De gauche à droite: 1) un saisissant Little Walter. 2) Pour se faire remarquer de dos au prochain festival de Saint-Aignan. 3) Discret et néanmoins présent...

1 commentaire:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer